Les labels dans l’immobilier

Publié le 9 Mars 2015

Effet de mode ? Réelle utilité ? À l’ère du développement durable, il n’est pas étonnant

de constater une multitude de labels de construction qui s’associent généralement dans

une démarche pour la protection de l’environnement. Quel sens leur donner ? Sont-ils

vraiment fiables ? Décryptage.

 

La place des labels

Aujourd’hui, ils ont pris une place prépondérante dans le secteur de l’immobilier.

En effet, les promoteurs et les constructeurs de logements neufs (maison ou

appartement) mettent en avant les labels de leurs produits. Facultatives, ces

certifications constituent un engagement de leur part à respecter un cahier des

charges dans des domaines divers tels que la qualité environnementale, la

construction ou encore l'énergie. Ainsi, tout acheteur potentiel d’un bien neuf ou

ancien pourra difficilement échapper à la mise en avant de labels.

 

Tour d’horizon des exigences réglementaires et des principaux labels

Délivré par un organisme certificateur pour satisfaire à des normes clairement définies,

il existe une multitude de labels qui se déclinent par dizaines dans chaque pays.

Les promoteurs immobiliers se doivent désormais de proposer des biens répondant

clairement à des critères bien précis. Voici les principaux :

Le Label BBC

(Bâtiment de Basse Consommation) Il détermine les standards des bâtiments

neufs en matière de besoin énergétique avec pour objectif de réduire les émissions de

gaz à effet de serre par quatre pour 2050.

EFFINERGIE

Certifie que les bâtiments neufs offrent un confort supérieur à la moyenne et

une très faible consommation d’énergie.

La RT 2012

(Réglementation Thermique) Elle s’articule autour de cinq usages énergiques : chauffage,

climatisation, production d’eau chaude sanitaire, éclairage et auxiliaires (ventilation, pompes…).

Elle certifie ainsi que toutes les constructions neuves présenteront, en moyenne, une

consommation d’énergie primaire inférieure à 50 k Wh/m² par an (Conformément à

l'article 4 de la loi Grenelle 1).

Retour