Les maisons ont un impact direct sur notre environnement et sur notre portefeuille. Véritable passoire énergétique, elles peuvent parfois nous coûter cher et agir de manière négative sur la planète. Heureusement des solutions existent pour vivre dans des habitations moins chères en énergie. Démonstration. 
Le bâtiment représente 44% de la consommation totale d’énergie en France mais aussi 19% des émissions de gaz à effet de serre, cause des dérèglements climatiques actuels.  C’est pourquoi dans 3 ans, toutes les maisons neuves devront être autonomes en énergie, donc produire plus d’énergie qu’elles n’en consomment. 

 

Une maison 100% écolo, une démarche citoyenne 

Les trois piliers du développement durable sont l’environnement, le volet économique et le social. L’habitat durable prend en compte ces 3 critères. C’est pourquoi en premier lieu, les matériaux utilisés doivent être à faible énergie grise (fabrication, transport, pose et recyclage) et les plus naturels possible : brique, terre cuite, chanvre, bois, chaux, paille, liège, argile, ouate de cellulose, etc. La clé pour rendre une maison économe est l’isolation. Le bâti, orienté plein sud avec peu de fenêtres au nord, est renforcé afin de limiter les dépenses d’énergies. Résultat : des murs très épais (une quarantaine de centimètres) qui protègent du froid et des fortes chaleurs. 
 

La maison positive

Pourquoi positive ? Parce qu’elle produit sa propre énergie. Passive, ce type de maison a des besoins énergétiques très faibles, tout en restant performante. Par exemple, le chauffage de l’eau est assuré par les rayons du soleil,  celui de la maison par un plancher chauffant. Les plantes sur le toit permettent également de stabiliser la température intérieure. Les volets éclairent et chauffent la bâtisse, car ils s’orientent automatiquement en fonction de l’ensoleillement. Question électricité, une éolienne couplée à des piles photovoltaïques peut fournir assez de courant pour une famille de six personnes. La production d’électricité peut se faire aussi grâce à des panneaux solaires. Quant au surplus, il sera revendu ou utilisé afin de recharger une voiture électrique… La maison positive est autonome également en eau. L’eau de pluie est stockée dans des cuves souterraines et remonte dans un puits grâce à une éolienne de pompage. Filtrée, elle peut même être consommée au quotidien ! Les toilettes sèches évitent également la consommation souvent excessive de chasses d’eau. 

 

Transmettre des valeurs écologiques

L’habitat durable ne se limite pas à ses performances énergétiques. En plus d’offrir un réel confort au quotidien, il est également respectueux de l’environnement, du cadre de vie, de la santé, tout en préservant les ressources naturelles. Revers de la médaille, construire ou rénover sa maison dans le respect de notre lieu de vie coûte plus cher. Si les maisons positives permettent de faire des économies sur le long terme, l’investissement de départ est conséquent. Une maison basse consommation aux normes actuelles coûte au minimum à 1 000 € le m2. Les maisons positives sont encore plus chères. Il est toutefois possible de rendre votre maison plus écologique dès 400 € le m2. Enfin, le gouvernement encourage ce type de travaux par le biais d’aides et de crédits d’impôts. 
 
A lire sur le même sujet : 
 

 

Découvrez les intérieurs des annonces
de La Voix Immo

et inspirez-vous