Title

Loi Pinel prolongée en 2017 : une aubaine pour les promoteurs aubois ?

Coup de pouce pour l'investissement locatif dans le neuf, la loi Pinel vient d'être prolongée par le président de la République. Une décision saluée par les promoteurs immobiliers aubois. Dans le département de l'Aube, quatre communes sont éligibles au dispositif fiscal.

 

L'annonce a été faite il y a quelques jours. En déplacement en Seine-Saint-Denis, en compagnie de la nouvelle ministre du Logement et de l'habitat durable Emmanuelle Cosse, François Hollande a déclaré vouloir prolonger le dispositif Pinel jusqu'au 31 décembre 2017. « Ce dispositif qui a marché, qui marche, marchera encore », a lancé le chef de l’État.

Adoptée en septembre 2014, la loi Pinel s'adresse aux investisseurs qui voudraient acheter un bien immobilier neuf ou en l'état futur d'achèvement répondant à la norme RT 2012 ou au label BBC. En échange d'une déduction d'impôts avantageuse, l'acquéreur doit accepter de louer le logement pendant 6, 9 ou 12 ans. Par ailleurs, le logement doit constituer la résidence principale du locataire, être loué nu et se situer dans les zones A bis, A, B1 et B2.

Inter : Quatre communes auboises éligibles

Dans le département de l'Aube, quatre communes sont éligibles : Troyes, Pont-Sainte-Marie, Les Noës-près-Troyes et La Chapelle-Saint-Luc. Dans ces quatre communes, grâce à la loi Pinel, la réduction d'impôts pour les investisseurs qui remplissent les conditions dans le neuf s'établit ainsi : 12 % sur 6 ans, 18 % sur 9 ans et 21 % sur 12 ans. Pour rappel, depuis le 1er janvier 2015, la loi Pinel autorise de louer à un ascendant ou à un descendant à condition que le locataire ne fasse pas partie du foyer fiscal du propriétaire.

Au niveau national, la décision du chef de l’État est bien perçue. « Cette mesure va permettre de lancer de nouvelles opérations de logements et de répondre ainsi aux besoins de nos concitoyens », souligne Alexandra François-Cuxac, présidente de la Fédération des promoteurs immobiliers (FPI) dans un communiqué. Norbert Fanchon, président du directoire du groupe Gambetta se montre plus nuancé, « ces décisions vont dans le bon sens. Mais sur le terrain, ce sont les collectivités locales qui décident de ce qui se fera ou ne se fera pas [...] Il existe donc un schisme entre l’action de l’État et la volonté les collectivités. En réalité, les PLU (plan locaux d'urbanisme) ne sont que trop restrictifs et les droits à construire sont déficients. Pour preuve, le nombre de logements neufs vendus a augmenté de 18% sur 2015 par rapport à 2014, mais sur la même période, le nombre de logements autorisés n’a, lui, augmenté que de 5%. Le vrai problème est de savoir comment aider les élus locaux à construire plus de logement ? »

Inter : Des promoteurs locaux globalement satisfaits

Dans l'Aube, la décision du chef de l’État séduit les promoteurs immobiliers. « Il s'agit effectivement d'une bonne nouvelle, salue Alexandre Faggion, directeur de l'agence Stradim à Troyes. Le dispositif Pinel est une mesure forte, incitative et efficace. » Ce dernier se montre toutefois surpris que le renouvellement intervienne si vite... « On est à la veille d'une année électorale et il ne se passe pas grand-chose : il valait mieux faire cette annonce en amont », explique Alexis Merlin, président de Nouvel Habitat. Que va permettre concrètement le prolongement de la loi Pinel ? « Cela va nous permettre de concevoir de nouveaux produits et d'acquérir du foncier », avance Sébastien Paris, président de Desimo. Du côté des investisseurs, la nouvelle rassure. « Cela permet de sécuriser et d'éviter un stress inutile. Celui qui a un projet pour 2017 aura plus de temps pour réfléchir », souligne Alexis Merlin. Côté promoteurs, on affirme déjà se projeter à l'année prochaine. « Cette annonce nous conforte encore un peu plus à créer de nouveaux espaces de vie remarquables », reconnaît Alexandre Faggion. Pour autant, « le marché troyen n'est pas extensible à outrance. En plus, sur Troyes, on a seulement quatre communes éligibles », nuance Sébastien Paris.

 

Franck De Brito

 

 

 

VOIR LES ARTICLES :