Title

Linky passé au crible

Depuis que le déploiement national du nouveau compteur électrique intelligent Linky a débuté fin 2015, la contestation ne cesse d'enfler, notamment quant au caractère supposément dangereux de ce dispositif. Pour apaiser les tensions, de nouvelles études indépendantes vont être réalisées.

Alors que 3 millions de compteurs électriques Linky doivent remplacer les anciens modèles cette année, plusieurs associations ont dénoncé les dangers potentiels que ce boîtier intelligent pourrait représenter pour la santé des ménages. Les associations Robin des toits et Next-Up affirment ainsi que la technologie utilisée par Linky génère des perturbations électromagnétiques qui rendraient « tous les câbles électriques domestiques rayonnants, donc toxiques ». En dépit des études affirmant que ce compteur ne présente aucun risque, plusieurs conseils municipaux ont déjà voté contre l'installation de Linky dans leur commune. Face à la fronde, des députés sont intervenus auprès d'ERDF et ont obtenu que de nouvelles campagnes de mesures soient réalisées par des laboratoires indépendants. De même, l'entreprise a annoncé que les personnes électro-hypersensibles avaient la possibilité de refuser la pose du compteur à l'intérieur de leur habitation, bien que les parlementaires aient rejeté cette disposition lors de l'examen de la loi relative à la transition énergétique. Une autre étude de l'Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses), dont les résultats sont attendus au mois de juin, devrait aussi permettre d'y voir plus clair puisqu'elle porte justement sur les risques potentiels des rayonnements émis par la technologie CPL (« courant porteur en ligne »).

 

VOIR LES ARTICLES :