Title

Le bonheur est-il dans le prêt ?

Comment réduire les frais annexes lors de l’achat d’un bien ? Quels sont les frais cachés ? Voici 10 conseils pour réduire le coût final de votre crédit immobilier.

1/ Veillez à ce que votre prêt soit parfaitement transférable : conservez votre prêt initial pour le nouveau bien. Ainsi, vous éviterez les pénalités de remboursement.  
 
2/Renseignez-vous sur ces pénalités. Elles s’élèvent à 3%. En cas de revente, vous pouvez annuler ou négocier ces pénalités. 
 
3/ Changez d’assurance prêt immobilier. Elle peut représenter jusqu’à ¼ du coût total du crédit immobilier !
 
4/ Vous avez souscrit à un emprunt il y a moins de 12 mois ? Vous avez 12 mois pour changer d’assurance à compter de sa signature. Vous avez souscrit il y a plus de 12 mois ? Le changement peut s’effectuer à la date anniversaire du prêt.
 
5/ Négociez les frais de dossier en mettant en avant vos points forts. Facilité et rapidité lors du montage du dossier permettent souvent d’obtenir une ristourne substantielle. 
 
6/ Rassurez votre banquier et ne lui cachez rien : il étudiera votre situation professionnelle et votre capacité d’épargne en confiance.
 
7/ Pensez au rachat de crédit : Le rachat est rentable, le prêt est au premier tiers, il vous reste plus de 100 000 euros à rembourser ? Si vous réunissez ces conditions faites racheter votre crédit. 
 
8/ Vérifiez les frais annexes comme l’assurance habitation, un livret d’épargne… en acceptant l’un d’entre eux, il sera plus facile de négocier un geste commercial sur votre prêt immobilier. 
 
9/ Préférez le cautionnement à l’hypothèque : la caution mutuelle est plus avantageuse que l’hypothèque. Avec la mutualisation des risques, il n’y a pas d’obligation de passer par un notaire. 
 
10/ Négociez les frais de notaire : pour un bien meublé, enlevez le mobilier du prix total. Pour un bien immobilier classique, il est possible de déduire certains meubles qui restent à demeure (salle de bain, cuisine). Pour un achat dans le neuf, les frais de notaires sont de 2 à 3%, 7 à 8% dans l’ancien. Il n’y aura pas de surcoût sur les frais du compromis de vente si celui-ci est réalisé par le notaire. 
 
11/ Privilégiez le prêt à taux fixe : il s’adapte aux changements de situation, les mensualités sont personnalisables, il est plus facile d’en maîtriser le coût final et son financement est libre. 
 
Quels sont les frais cachés ?
Frais de dossier, frais de notaire, garanties bancaires, taxe foncière et taxe d’habitation, assurances… au-delà du coût du crédit immobilier, l’acquisition engendre de nombreux frais, souvent passés sous silence…
Lors du compromis de vente, vous serez dans l’obligation de verser un acompte au vendeur : comptez environ 10% du prix d’achat. 
Les assurances chômage ou perte d’emploi : entre 0,3 et 0,7% du capital emprunté. L’assurance décès-invalidité (obligatoire) : 10% du crédit en moyenne. 
Face aux risques d’impayés, les banques se protègent par l’intermédiaire d’une caution : en moyenne 2% du montant emprunté. Son coût se compose d’une commission et d’une participation aux fonds mutuels de garantie (FMG). Près de 75% de la somme versée est restituée lorsque le crédit est totalement remboursé ou en cas de revente du bien immobilier. 
 
Sources : reassurez-moi.fr ; notaires.fr
 
 
 

 

VOIR LES ARTICLES :