L'achat à la trentaine

Publié le 15 Mai 2015

Une enquête sur le marché immobilier, menée au mois de mars par l'institut CSA pour le réseau Guy Hoquet, s'est intéressée au profil de ces nouveaux acquéreurs. Les trentenaires en couple avec enfants y sont surreprésentés, la plupart s'installant en outre à la campagne.

Question de pouvoir d'achat oblige, l'acquisition immobilière se fait surtout en couple pour 80 % des primo-accédants, dont 58 % ont déjà un enfant. C'est ce qu'il ressort de l'enquête du CSA réalisée pour le réseau Guy Hoquet qui a interrogé quelque 2 000 personnes de 18 à 40 ans. Sur cet échantillon, 47 % des primo-accédants sont d'ailleurs âgés de 25 à 34 ans, période privilégiée pour fonder une famille. Pour abriter leur nouveau foyer, ces jeunes couples achètent plutôt une maison (à 63 %), quitte à s'éloigner des grosses villes pour s'installer dans une commune rurale (28% font ce choix), forcément moins onéreuse.

Le montant consacré à cet achat immobilier parle d'ailleurs de lui-même : de 166 000 € dans les grandes agglomérations et jusqu'à 223 000 € à Paris, contre seulement 146 000 € à la campagne (frais d'agence et de notaire inclus).

Pour financer leur projet, 61 % des primo-accédants ont enfin bénéficié d'un dispositif d'aide.

En bref :

 

le divorce impacte les mètres carrés

Si l'acquisition d'une maison familiale est possible à deux, tout est remis en cause en cas de séparation. Le reste du crédit à rembourser et l'entretien trop coûteux poussent bien souvent les ex-conjoints à vendre pour se reloger, chacun de leur côté, dans une habitation plus petite. L'Insee a d'ailleurs chiffré cette baisse de superficie en la mettant en rapport avec la garde des enfants.

D'après cette récente enquête, un parent divorcé qui obtient la garde exclusive opte pour un nouveau logement mesurant 15m2 de moins que l'ancien. En cas de garde alternée, cette diminution de l'espace atteint même 24 m2 pour le domicile de la mère et 19 m2 pour celui du père.

Grâce à un niveau de revenus en général plus important que celui de son ex-épouse, le chef de famille peut ainsi conserver une surface habitable plus confortable, quel que soit le mode de garde, et ce, alors même que la majorité des enfants partent vivre avec leur mère.

À chacun sa RT 2012

La réglementation thermique 2012 impose que tous les bâtiments d'habitation neufs aient une consommation d'énergie inférieure à 50 kWh par mètre carré et par an depuis 2013. Les logements collectifs bénéficiaient cependant d'un seuil de 57,5kWh jusqu'au 1er janvier 2015. Le Premier ministre a récemment annoncé une prolongation de cette dérogation jusqu'en 2018.

 

Retrouvez les annonces immobilières de vente maison particulier à particulier

Retour

 

VOIR LES ARTICLES :