Title

Isolation acoustique : pour un logement en bonne santé

Si systématiquement le propriétaire d’un logement pense à l’isolation thermique, l’isolation acoustique ou phonique est moins un automatisme. Or on oublie trop souvent que les nuisances sonores ont des effets néfastes sur la santé. Voici quelques clés pour isoler son logement du bruit.

Différente de l’isolation thermique y compris dans les “remèdes” utilisés, l’isolation acoustique ou phonique vise à réduire voire supprimer la propagation des bruits intérieurs et extérieurs au logement. Si les constructions neuves et extensions de bâtiment existantes (dont le permis de construire a été établi après 1996) sont régies par la Nouvelle Réglementation Acoustique (NRA) modifiée en 2000 et particulièrement exigeante, et que les constructions entre 1970 et 1996 dépendent de la réglementation acoustique du 14juin 1969 fixant des valeurs maximales de bruits de choc ou d’équipement, avant 1970 le logement n’est soumis à aucune réglementation acoustique.

Isoler des bruits extérieurs avec lesportes et fenêtres

Pour isoler son logement du bruit, il est impératif de déterminer ses besoins suivant la provenance des nuisances sonores. Un environnement géographique « bruyant » comme une route passante par exemple, encouragera à porter son attention sur les fenêtres et huisseries dont il faudra s’intéresser à « l’épaisseur du verre et du vide » comme le souligne l’architecte Benoît Robein.

Eviter la propagation des bruits intérieurs

Pour les propriétaires de logement à étage, à l’image du neuf, il est impératif de proscrire « la résonnance acoustique » comme nous l’explique Benoît Robein. « Des chapes sèches ou sous-couche au parquet seront posées à l’étage. » Et l’on suivra des principes de bon sens comme celui imposé aux immeubles de ne pas « mettre de carrelage au-dessus d’une chambre ». Enfin, dernière astuce pour les candidats à la rénovation, « l’escalier sera équipé d’un rupteur acoustique » comme il en est fait l’obligation dans le neuf.

Les aides pour insonoriser son logement

Les riverains d’une route, d’une autoroute ou d’une voie ferrée à fort trafic, incommodés par le bruit afférant peuvent solliciter l’octroi d’une aide pour insonoriser leurs logements auprès de la préfecture du département où se situe le bien. Cette demande, prévue par le décret du 3mai 2002, et étudiée par le préfet du département doit, pour être éligible, s’inscrire dans un des secteurs qualifiés de « points noirs » par l’autorité administrative. Pour y prétendre, le niveau de bruit doit être au moins égal à 65décibels entre 22heures et 6heures du matin et le jour à 70décibels. Dans son examen, le préfet prend en compte l’ancienneté du bâtiment. Le montant de l’aide est calculé en fonction des ressources du propriétaire.

30 % de crédit d’impôt

Autre aide : le crédit d’impôt pour la transition énergétique. Le dispositif s’applique à une partie des dépenses occasionnées lors de travaux d’amélioration énergétique payées avant le 31décembre 2015. Et offre un taux unique de 30 % dès la première dépense réalisée. Pour être éligible, vous devez être locataire, propriétaire occupant ou occupant à titre gratuit et être fiscalement domicilié en France. Quant au logement (maison individuelle ou appartement), il doit être affecté à l’habitation principale et être achevé depuis plus de deux ans. Dans un immeuble collectif, le crédit d’impôt peut porter sur les dépenses d’équipements communs que vous avez payées au titre de votre quote-part correspondant au logement que vous occupez. Enfin, les travaux doivent être réalisés par l’entreprise fournissant les matériaux. Ces professionnels réalisant les travaux doivent être « Reconnus Garant de l’Environnement » (RGE).

 

VOIR LES ARTICLES :