Title

Comment renégocier son prêt immobilier ?

ImmoprêtDepuis 2013, les taux de crédit d’emprunt ne cesse de dégringoler. Une tendance qui profite aux acquéreurs qui peuvent ainsi renégocier leur prêt. Corinne Boiteux et Aline Jessionesse, courtières à Immoprêt à Troyes, nous donnent des conseils pratiques et les écueils à ne pas franchir.

Les taux de crédit d’emprunt sont au plus bas en ce moment. Est-ce le moment de renégocier son crédit immobilier ?

Oui. Pour les gens qui ont acheté jusqu’en janvier 2011, cela vaut le coup de regarder ce qui a été fait. L’objectif premier de la renégociation est de gagner de l’argent, mais pour cela, il y a deux solutions. La première est de baisser la mensualité sur la même durée du crédit. La deuxième option est de baisser la durée et de gagner en pouvoir d’achat. Il y a une différence sur le coût. Certains vont négocier sur une différence de 50 € par mois, d’autres vont négocier sur 15 000 €.

Quels sont les pièges à éviter ?

Ce qui est important de savoir est que les banques n’aiment pas quand les clients apportent l’argument : je n’arrive pas à arrondir mes fins de mois. Elles préfèrent lorsqu’ils ont des projets d’agrandissement, de travaux, etc. Il faut savoir que les banques n’aiment pas allonger la durée des crédits.

Quels sont les critères qui attirent votre attention face à un client ?

Nous regardons les relevés de compte, les avis d’imposition et les bulletins de salaire. Grâce à un relevé de compte, on sait exactement comment les gens vivent. Nous n’avons pas le même regard qu’un banquier. On voit les incidents de parcours, si la renégociation est plus compliquée... Les conditions des banques se font en fonction des dossiers.

Quelles sont les meilleures conditions pour renégocier son crédit ?

Ce sont les prêts sur 30 ans.
Par exemple, nous avons eu récemment des clients qui ont acheté en 2011. Ils avaient pris un crédit d’une durée de 30 ans cette année-là. Ils leur restaient donc 27 ans lorsqu’ils sont venus renégocier leur prêt. Grâce à la renégociation, nous sommes redescendus à 20 ans avec la même mensualité. Les clients ont donc gagné 43 000 €. Nous avons connu un autre cas, qui a abaissé la mensualité de 792 € à 705 €. Sur une année, cela représente l’économie d’une taxe foncière.

Est-ce que les renégociations sont de plus en plus fréquentes ?

Elles ont déjà démarré l’an dernier, au mois de janvier. Il y a eu l’effet médiatique. Certains clients se sont précipités et en sont aujourd’hui à leur troisième négociation. Entre mai 2013 et septembre 2014, ça s’est calmé. Depuis la rentrée, on sent que c’est reparti de plus belle. Au mois d’octobre dernier, sur 90 dossiers, nous avons effectué 15 renégociations.

Quels conseils pouvez-vous donner aux primo-accédants ?

Il faut anticiper le projet. Faire son projet avec son courtier et pas avec son banquier, être capable de dire non et de prendre son temps. On n’a rien à vendre et le client ne nous en tiendra pas rigueur. On évite au client de se projeter dans un achat. Lorsqu’il nous dit je veux 150 000 € et qu’il gagne 1 200 € par mois et qu’il n’a pas d’apport, on lui conseillera de revoir son projet. Nous ne sommes pas des briseurs de rêves, mais nous donnons tous les conseils.

Les CDD et intérimaires peuvent-ils emprunter ?

Oui pour les intérimaires longue durée, comme par exemple l’ouvrier agricole ou en bâtiment. Les banquiers font la moyenne des revenus hors Pôle emploi. Les aides-soignants et infirmières sont aussi acceptés. Concernant les CDD, si un membre d’un couple est en CDI, le dossier a plus de chances d’être accepté. Si un CDD est tout seul, il faudra qu’il ait un très bon apport.

Est-il plus difficile aujourd’hui d’avoir un crédit immobilier lorsque l’on est un senior ?

Les banques prennent mieux en compte les recompositions de couple aujourd’hui, mais aiment obligatoirement ceux qui épargnent. Si les quadragénaires peuvent encore emprunter sur 25 ans, les banques font davantage attention au passage à la retraite après 50 ans.

Combien coûte le courtage pour le client ?

C’est la banque qui nous rémunère en tant que porteur d’affaire. En fin de mois, elle fait le point et on est tous payé de la même façon. Il est important de savoir que, pour le client, les frais de courtage ne sont pas rajoutés dans le prêt.

Franck DE BRITO

Les offres de crédit des grandes banques pour un prêt de 200 000 € en octobre 2014

Prêt Crédit mutuel Nancy :

sur 15 ans : taux fixe à 2,85 %, sur 25 ans : taux fixe à 3,50 %

HSBC :

sur 15 ans : taux fixe à 2,30 %, sur 25 ans : taux fixe à 3,15 %

La Banque Postale :

sur 15 ans : taux fixe à 2,30 %, sur 25 ans : taux fixe à 2,75 %

LCL :

sur 15 ans : taux fixe à 2,50 %, sur 25 ans, taux fixe à 3,15 %

Société générale :

sur 15 ans : taux fixe à 2,40 %, sur 25 ans : taux fixe à 3,00 %

Actu Immo : Pour plus d'informations: COMMENT RENÉGOCIER SON PRÊT ?

 

VOIR LES ARTICLES :