Title

Comment combattre le mildiou ?

Connaissez-vous le Phytophtora infestans ? C’est le champignon responsable du mildiou qui s’attaque aux tomates et aux pommes de terre. Ses conditions de prolifération préférées ? Des températures allant de 16 à 25 °C, une forte humidité et une végétation dense. Autant dire que l’été dans notre région.

Des taches décolorées entourées d'un halo clair sur la face supérieure du feuillage doivent vous alerter. Ces symptômes caractéristiques apparaissent ensuite sur les tiges, puis sur les fruits. Si les feuilles brunissent, comme grillées par la chaleur, la maladie est en train de se développer : le mycélium, caché sur la face inférieure, produit des spores qui se propagent rapidement avec le vent et qui germent à l’humidité. Les fruits se couvrent de bosselures brunes, fermes et marbrées, et ont des difficultés à mûrir. Une récolte entière peut être détruite.

La lutte contre le mildiou (de l’anglais mildew « moisissure ») commence dès la plantation : les pieds de tomates ne doivent pas être trop serrés pour favoriser le séchage du feuillage. Vous aurez pris soin de nettoyer le sol qui a déjà accueilli des plants infectés : le champignon hiverne sur des résidus morts et l'infection repart par le sol au printemps suivant. Vous pouvez enfouir des orties broyées sous chaque pied pour renforcer leur immunité. Les décoctions de prêle ou de consoude sont aussi des alliées efficaces. En pleine croissance, traitez avec un fongicide à base de cuivre ou de la bouillie bordelaise.Si vous détectez un début d'invasion, une réaction rapide est nécessaire. Coupez les feuilles atteintes et brûlez-les. Une surveillance quotidienne devient indispensable. Si les taches brunes s’étendent sur les tiges, le filament du champignon s’est introduit dans la plante : il vous faut couper la tige infectée. Arrachez le pied entier si l’attaque porte sur plusieurs endroits. Il existe des fongicides pour lutter contre le mildiou. Les écologistes se procureront des Halyzia sedecimguttata (coccinelles orange) qui se nourrissent des spores.

 

 

Planter des bulbes d’été

Bientôt la saison estivale ! Il est grand temps de fleurir votre jardin avec des fleurs d'été. Lis, glaïeuls, cannas ou dahlias, la plupart des fleurs à bulbe qui fleurissent l’été ont dû passer l’hiver hors du sol pour éviter les rigueurs du froid. il est déjà grand temps pour elles de rejoindre leur terre… natale.

 

Faire le trou

On dit généralement que l’on doit enterrer un bulbe à une profondeur correspondant à trois fois sa taille. Si les bégonias peuvent être placés à 6 cm sous la surface du sol, les agapanthes s’enterrent à au moins 20 cm. En largeur, prévoyez un trou de 2 à 3 cm plus large de chaque côté.

 

Drainer

Les bulbes n’aiment pas l’humidité excessive. Si votre terre est argileuse et peu drainante, évitez la stagnation de l’eau autour des racines en plaçant une couche de 2 à 3 cm de graviers au fond du trou.

 

Favoriser les racines

Les racines des bulbes sont souvent peu puissantes. Il est donc important de prévoir en fond de trou, par-dessus le gravier, un terreau fin sur environ 5 cm, pour faciliter l’émission et la progression rapide des radicelles. Posez le bulbe sur ce lit douillet, racines vers le bas en veillant à ne pas laisser d’air autour d’elles.

A découvrir également > Passez en revue vos outils de jardin !

 

Reboucher et arroser

Rebouchez le trou avec du terreau ou la terre du jardin, et tassez légèrement. Si vous plantez au milieu de la pelouse, ne remettez pas la couche de gazon qui pourrait être difficile à percer pour la jeune pousse. Ajoutez un centimètre de compost ou de fumier en surface puis arrosez avec un à deux litres d’eau.

 

VOIR LES ARTICLES :