Title

Bien isoler son habitat : entre confort et économies

Vous aimeriez réduire votre facture de chauffage, premier poste de consommation énergétique dans l’habitat ancien? L’isolation thermique est l’investissement le plus rentable. Explications.

L’isolation des combles

Si les combles sont la surface de la maison qui représente potentiellement le plus de déperditions thermiques, c’est aussi la zone la plus facile à traiter. Qu’il s’agisse de combles aménagés ou de combles perdus, l’isolation thermique est le moyen le plus rapide pour gagner en confort et en économie d’énergie.

Veillez au choix des bons matériaux

Vous pouvez choisir un isolant écologique tels que : les laines minérales (laine de verre, de roche, de laitier) ; et d’autres isolants naturels : la laine de chanvre, de coton, de lin, le liège, la perlite, les panneaux de fibres de bois, les roseaux…La laine de verre est l’isolant le plus utilisé : elle équipe plus de 75 % des foyers français. Son succès est principalement dû à sontrès bon rapport qualité-prix. Optez pour des matériaux performants dès le départ : votre investissement sera vite rentabilisé par les économies d'énergie qu'il vous permettra de réaliser sur le long terme. En toiture, la résistance thermique minimum sera R=8m2.K/W dans le neuf (résistance minimale à viser pour une construction conforme à la RT 2012). En rénovation, visez une résistance thermique minimale de 6m2.K/W en combles aménagés et de 7m2.K/W en combles perdus.

L’isolation des murs

Avec 16 à 25 % des déperditions de chaleur qui passent par les murs, l’isolation des murs est la deuxième priorité en rénovation. La solution la plus répandue est l’isolation par l’intérieur. C’est aussi la plus abordable. Elle ne modifie pas l'aspect extérieur de l'habitation, n’empiète pas sur la surface habitable et peut donc se faire sans déclaration de travaux. L'investissement est rapidement rentable avec des coûts à partir de 60 €/m2 pour une isolation par l'intérieur et 150 €/m2 pour une isolation par l'extérieur.

Sources : quelleenergie.fr ;

toutsurlisolation.com

En bref…

Des murs mal isolés représentent 25 % des déperditions de chaleur d'un habitat : 10 à 15 % par les fenêtres, 7 à 10 % par les sols et 30 % par latoiture et les combles (source Ademe, Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie). C’est pourquoi isoler votre habitat reste la meilleure solution pour réaliser des économies d’énergie.

Quatre familles d’isolants

Les isolants synthétiques (polystyrènes expansés et extrudé, polyuréthane, polyester) : efficaces en termes d’isolation mais non exempts de toxicité. Les fibres minérales, végétales et animales (laine de roche, laine de verre, laine de bois, lin, chanvre, mouton…) Les autres matériaux renouvelables (liège, papier recyclé) Les isolants minéraux : plus rares (perlite, verre cellulaire)

Le CITE, crédit d'impôt pour la transition énergétique

L'article 3 de la loi de finances pour 2015 a mis en place le crédit d'impôt pour la transition énergétique, pour les dépenses payées entre le 1er septembre 2014 et le 31 décembre 2015. Le crédit d'impôt porte sur les travaux d'amélioration de l'efficacité énergétique réalisés dans l'habitation principale. L'avantage fiscal est de 30 % des dépenses engagées (taux unique, sans condition de ressources et sans obligation de réaliser un bouquet de travaux), plafonnées à 8 000 euros (16 000 pour un couple, plus 400 euros par personne à charge) sur une période de cinq ans.

Isoler, une obligation

Conformément à l'article 4 de la loi Grenelle 1, la RT 2012 a pour objectif de limiter la consommation d'énergie primaire des bâtiments neufs à un maximum de 50 kWhEP/ (m2/an) en moyenne. Elle est applicable à tous les permis de construire et impose trois exigences de résultats : besoin bioclimatique, consommation d'énergie primaire, confort en été.

 

VOIR LES ARTICLES :