Title

À chacun son assurance habitation

Pour le locataire d'un appartement ou d'une maison, la souscription d'une assurance habitation est obligatoire. Elle garantit au propriétaire l'indemnisation des dommages causés à son patrimoine en cas de sinistre. Exempté de cette obligation, le propriétaire, qu'il soit occupant ou bailleur, a lui aussi tout intérêt à choisir une formule d'assurance adaptée à son statut et à son bien…

Locataire ou propriétaire ?

Pour le locataire, la garantie « Risques locatifs » est la formule minimale obligatoire. Elle ne couvre que les dommages causés au bien loué.

La plupart des contrats d'assurance habitation locataires lui adjoignent automatiquement la garantie « Recours des voisins et des tiers » qui couvre les dommages causés aux biens de vos voisins en cas de dégâts des eaux, d'incendies ou d'explosion.

A ces deux garanties de base peuvent être associées des options contre le vol, le vandalisme, le bris de glace, les catastrophes naturelles et technologiques, etc. La plupart des contrats comprennent également une assurance en responsabilité civile.

Le propriétaire occupant un appartement ou une maison individuelle a tout intérêt à souscrire lui aussi une assurance habitation comportant les garanties suivantes : dommage (incendies, foudre, explosion, dégâts des eaux…), recours des voisins et des tiers, vol et responsabilité civile.

Faire une étude comparative

Si vous avez décidé de vous assurer contre le vol, une évaluation précise de vos biens est impérative avant toute souscription d'un contrat.

Établissez un relevé précis de l'ensemble des biens présents dans votre logement (outils, bijoux, matériel high-tech, mobilier, vêtements…).

En fonction du total obtenu, comparez les offres des différents assureurs.

Franchise

D'autres critères sont également à prendre en compte pour sélectionner la meilleure offre. La franchise, c’est-à-dire la somme que vous aurez à payer en cas de sinistre, pèse fortement sur le montant final de l'indemnisation.

Certaines offres peuvent sembler très compétitives a priori mais prévoir une franchise absolument dissuasive en cas de sinistre.

Prime

Le mode d'indemnisation a lui aussi son importance. S'il se fait sur la valeur à neuf du bien, aucune dépréciation n'est prévue au fil du temps. En revanche, si votre prime est calculée sur le mode de la vétusté déduite, la valeur de l'indemnisation diminuera d'année en année.

Pour déterminer les caractéristiques de votre logement, chaque assureur a son propre mode de calcul, notamment au niveau du nombre de pièces. Certains contrats prévoient ainsi qu'une pièce mesurant plus de 30 m2 en vaut deux alors que, pour d'autres, cette règle ne s'applique qu'au-delà de 40 m2 par exemple.

Enfin, la garantie contre le vol prévue dans votre contrat impose généralement la présence de moyens de protection plus ou moins importants tels qu'une serrure trois points, des barreaux aux fenêtres ou des volets. Étudiez attentivement ce paramètre dont le détail figure dans les conditions générales du contrat.

À savoir

- Le locataire d'un meublé ou d'un logement de fonction n'est pas soumis à l'obligation d'assurance.

- Si votre bien fait partie d'une copropriété, celle-ci doit impérativement être couverte par une assurance copropriété souscrite par le syndicat. Ce type de garantie couvre les parties communes et porte sur un certain nombre de risques tels que les incendies, la foudre, les dégâts des eaux et comprend également une responsabilité civile portant sur les accidents causés par les bâtiments ou par les personnels travaillant au service de l'immeuble. Cette assurance couvre aussi le propriétaire bailleur lorsque son locataire subit des dommages causés par la vétusté ou le mauvais entretien du bâtiment.

- Malgré le caractère obligatoire de la garantie « Risques locatifs », le propriétaire bailleur peut redoubler de précautions en souscrivant la garantie propriétaire non occupant proposée par certains assureurs.

 

VOIR LES ARTICLES :